mardi 11 novembre 2014

Ateliers Yoga d'automne

Cet automne, Yoga Samadhi vous propose deux ateliers de Yoga dans nos nouveaux locaux à Toulouse, rue de la Colombette :
  • Le dimanche 16 Novembre : Postures étirement vers l'avant et étirement vers l'arrière.
  • Le dimanche 7 Décembre :  Postures en torsions.

Plus d'informations ici ...

mardi 21 octobre 2014

Atelier Pranayama - Méditation - Dimanche 26 Octobre 2014 de 17h à 18h30


L'atelier se présentera en 2 temps :

1) Relaxation
Nous effectuerons une série de postures permettant de relâcher les tensions corporelles et également de calmer le mental.

2) Méditation de pleine conscience
Cette méditation désigne la conscience vigilante de ses propres pensées, actions et motivations. C'est l’attention juste qui consiste à ramener son attention sur l'instant présent et à examiner les sensations qui se présentent à l'esprit, comment elles apparaissent, comment elles durent quelque temps, et comment elles disparaissent. Cette pratique permet de se rendre compte de façon directe si une sensation est quelquefois permanente ou bien toujours impermanente. 

Tarif : 20 euros
Mail : yogasamadhi.toulouse@gmail.com
 

jeudi 28 août 2014

Adieu, maître yogi !


B. K. S. Iyengar, connu pour son enseignement du yoga, est une célébrité planétaire. Il s'est éteint le 20 août dernier. Le quotidien, The Hindu, lui rend hommage en retraçant sa vie.

En 2011, lors d'une visite en Chine, B.K.S. Iyengar eut la surprise de se découvrir une foule d'adeptes dans ce pays où il se rendait pour la première fois. L'un d'eux lui confia qu'il pratiquait depuis des années, mais qu'il avait l'impression de ne plus progresser. La réponse du maître yogi résumait parfaitement sa conviction que l'art de rapprocher le corps et l'esprit était un effort perpétuel. « Je pratique le yoga depuis soixante-seize ans, avait-il dit, et j'apprends toujours. »

Après avoir consacré sa vie au yoga, Bellur Krishnamachar Sundararaja Iyengar, décédé le 20 août 2014 à l'âge de 95 ans, laissera le souvenir d'un maître exemplaire. Partageant absolument toutes ses connaissances avec ses disciples sans garder aucun secret, il ne demandait que trois choses :
  • l'assiduité dans la pratique,
  • la discipline
  • et la rigueur.
Ainsi, n'importe qui peut atteindre la réalisation du soi, écrit-il dans son célèbre ouvrage Light on Life (La Voie de la paix intérieure : voyage vers la plénitude et la lumière, InterEditions, 2007). Car c'est bien là le but ultime du yoga.

A 14 ans, il s'initie au yoga.
Issu de parents modestes, BKS Iyengar naît en 1918 dans le village de Bellur, près de Kolar, dans l'Etat du Karnataka (dans le sud du pays). La famille part ensuite s'installer à Bangalore, mais le père, professeur d'école, meurt quelques années plus tard alors qu'BKS Iyengar n'a que 9 ans. Enfant chétif, orphelin de père, le jeune garçon ne brille pas non plus à l'école. Ce n'est qu'à l'âge de 14 ans, lors d'un séjour dans l'ashram, Ermitage, de son beau-frère T. Krishnamacharya, à Mysore, qu'il commence son initiation au yoga.

Etudiant en sanskrit, Krishnamacharya a appris le yoga auprès d'un maître dans l'Himalaya tibétain et ouvert une école à Mysore sous la protection du maharaja local. Il demande au jeune Iyengar de venir veiller sur sa sœur lorsqu'il est en voyage. Plusieurs décennies plus tard, Iyengar confiera lors d'un entretien avec CNN-NBC, en 2010, que son beau-frère et maître ne l'a accepté que parce que son élève le plus prometteur avait quitté l'ashram. Il suscitait toutefois la « peur » chez le jeune garçon, qu'il menaçait parfois d'affamer. Orphelin de père, Iyengar était traité comme un moins que rien, explique-t-il. Mais « j'allais jusqu'au bout de mes limites dans ma pratique afin d'accomplir mon devoir envers mon maître et gardien et de répondre à ses exigences », écrit-il dans La Voie de la paix intérieure.

Après avoir passé quatre ans dans l'ashram de Mysore, Iyengar est envoyé à Pune (près de Bombay) pour enseigner le yoga. Dans son livre, il se souvient qu'il n'avait rien – ni famille ni communauté pour l'aider dans une ville inconnue, aucune connaissance de la langue locale, aucune garantie de trouver des étudiants –, rien d'autre que sa connaissance des asanas (postures de yoga). A l'époque, BKS Iyengar était même ignorant de la philosophie du yoga, de ses textes anciens et de l'un de ses aspects les plus fondamentaux : les techniques de respiration, ou pranayama. C'est au cours des années suivantes, et par lui-même, qu'il découvrit tout cela. « Mon corps est devenu mon premier outil pour découvrir ce qu'était le yoga. C'est là qu'a commencé ce lent processus de perfectionnement que je poursuis encore aujourd'hui. Au fil du temps, le yoga m'a énormément apporté au plan physique, écrit-il, mais j'ai vu qu'il pouvait avoir autant de bienfaits pour mon esprit et pour mon cœur. »
Réputé pour sa discipline stricte mais bienveillante, BKS Iyengar développa une méthode peut-être influencée par son expérience personnelle avec un maître qui ne répondait pas à ses questions, ne le guidait pas petit à petit et « demandait seulement à ses élèves de faire une posture, en leur laissant le soin de trouver comment la réaliser ». Blessé à la colonne vertébrale après un accident de scooter, il commença à utiliser des accessoires dans sa pratique du yoga. L'utilisation de cordes, de blocs et de bancs permit alors de faciliter bon nombre de postures.

BKS Iyengar partageait tout ce qu'il savait et formait un nombre croissant de disciples à enseigner leur pratique. C'est peut-être cette générosité qui attira un flot continu de pratiquants vers son institut de Pune (le Ramamani Iyengar Memorial Yoga Institute (Rimyi), baptisé du nom de sa femme Ramamani, décédée en 1973 (et où les cours ne coûtent que 1 100 roupies, environ 14 euros, à l'année).

Ses élèves se dispersèrent et fondèrent des écoles partout dans le monde, créant ainsi une marque mondiale – l'école de yoga Iyengar – sans la moindre campagne publicitaire ou de marketing. Le « Dictionnaire Oxford » (référence pour la langue anglaise) atteste de son influence en consacrant une entrée à son yoga : Iyengar : nom, type de hatha-yoga mettant l'accent sur le bon alignement du corps et utilisant des cordes, des blocs de bois et autres accessoires pour réaliser les postures.”

Invité vedette d'un sommet de yoga organisé à Guangzhou, en Chine, BKS Iyengar se rendit pour la première fois dans ce pays en 2011, et il n'imaginait pas y trouver près de 30 000 adeptes. Il ne savait pas non plus que tous ses livres, traduits, étaient largement diffusés et qu'il existait même un timbre Iyengar. Stupéfait par l'enthousiasme des Chinois, il confia au journal The Hindu : « Je ne serais pas surpris que la Chine dépasse un jour l'Inde dans le yoga. » La Chine est sa plus récente conquête à l'étranger. Les fins analystes stratégiques de la communauté indienne pourraient bien saluer son travail comme étant celui d'un des premiers et des meilleurs ambassadeurs du « soft power » indien. En effet, dans les premières années de la guerre froide et plusieurs décennies avant que le Pr Joseph Nye, de l'université Harvard, n'invente la formule, le yoga d'Iyengar était bien plus connu dans le bloc soviétique que les films de Bollywood.

Un yogi ne meurt pas avant sa mort

Sur les photos d'archives, on le voit se livrer à des démonstrations de yoga ou enseigner à d'immenses classes dans des capitales occidentales, arborant toujours un simple slip et ses longues boucles déjà emblématiques. Introduit aux Etats-Unis par le violoniste Yehudi Menuhin, BKS Iyengar comptait déjà de nombreux disciples parmi les vedettes des années 1950. L'anecdote la plus célèbre reste toutefois celle de sa rencontre avec Yehudi Menuhin lors d'une tournée du violoniste en Inde en 1951. Celui-ci pratiquait déjà le yoga, mais c'est à l'issue de cette rencontre qu'il fut convaincu d'avoir trouvé le maître qu'il cherchait et devint le disciple d'Iyengar. Par la suite, Menuhin déclarera que BKS Iyengar avait été son « meilleur professeur de violon », car il l'avait aidé à comprendre les « mécanismes » en action lorsqu'il jouait, ce qui lui avait permis d'éliminer toute sensation de douleur.
BKS Iyengar estimait que l'âge ne devait pas empêcher la pratique du yoga et continua à faire ses exercices d'asanas et de pranayamas presque jusqu'à la fin de sa vie. Dans son livre, le maître écrit que la mort est inévitable, mais qu'il n'y pense pas. « La naissance et la mort se situent au-delà de la volonté humaine. Elles ne sont pas de mon domaine. La complexité de la vie de l'esprit prend fin avec la mort, et avec elle toutes les joies et les peines. Lorsque vous êtes déjà affranchi de cette complexité, la mort est douce et naturelle. » Un véritable yogi ne meurt pas avant sa mort, soutenait Iyengar. Sa vie en est la preuve.

lundi 9 juin 2014

Nouveau Local à Toulouse

Yoga Samadhi s'installe dans un nouveau local Rue de la Colombette (Métro Jean Jaurès) à Toulouse à partir du 4 Septembre 2014.
Pour le moment, le local est en travaux.


jeudi 2 janvier 2014

2014

Très belle année 2014 !!! Que cette année nouvelle vous apporte la légèreté et la joie, le calme même au sein de la tempête, et plein d'éclats de rire!!